Jacques Philippe Cuvillier gouverneur de Bourbon. Personnage célèbre de l'île de La Réunion

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com

 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Personnages célèbres de La Réunion :: 
    Recherche par :: Liste alphabétique :: Liste année de naissance
    Rubrique   :: Artiste :: Divers :: Écrivain :: Gouverneur :: Militaire ::  Politique :: Préfet :: Religion :: Scientifique
       

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
 

 

 

Jacques Philippe Cuvillier.

Gouverneur de La Réunion du 8 novembre 1832 au 4 mai 1838.

 

Gouverneur précédent :: Etienne Henry Duval d'Ailly :: gouverneur suivant :: Anne Chrétien Louis de Hell

 
   
 

Jacques Philippe Cuvillier est né le 21 avril 1774 à Rochefort, fils de Gabriel Marie Cuvillier docteur médecin au port de Rochefort.

Il fait ses études à Niort, et entre dans la marine à l'âge de douze ans.

A 19 ans il est enseigne de vaisseau, promu Lieutenant, c'est en cette qualité qu'il commande en 1804, le Lougre de Granville dans la Manche où il est blessé d'une balle qui lui traverse la poitrine.

Cuvillier la même année est nommé capitaine de frégate. Le 27 janvier 1819, capitaine de vaisseau de deuxième classe, officier de la Légion d'Honneur le 17 août 1822, capitaine de vaisseau de première classe, le 1 er avril 1824 et contre amiral le 1 er mars 1831.

Le 17 février 1832, l'ordonnance du Roi le nomme Gouverneur de Bourbon, il part pour sa destination sur la corvette La Saône, le 27 juin de la même année. Cuvillier arrive à Bourbon le 8 novembre 1832.

Le nouveau gouverneur n'avait aucune instruction concernant l'application de la chartre de 1830 dans la colonie. A l'expiration du mandat des conseillers généraux élus le 25 août 1832, il prit l'exemple de son prédécesseur Etienne Henry Duval d'Ailly un arrêté local pour élire une nouvelle assemblée. Cette assemblée eut une existence éphémère. Le 24 avril 1833 la loi créait les conseils coloniaux librement élus.

La loi du 12 octobre 1833, remplace à Bourbon le Conseil général, par un Conseil colonial. Ce conseil colonial est composé de trente membres, élu pour cinq ans, présidé par le gouverneur qui ouvre et clôture les séances. Le Conseil discute et vote sur présentation du gouverneur le budget de la colonie, détermine l'assiette et la répartition des impôts.

L'île Bourbon a également droit à deux délégués auprès du gouvernement royale. Le mandat des délégués est également de cinq ans, ils sont nommés par le Conseil colonial, les deux premiers délégués sont Sully Brunet et Pierre Conil. Les intérêts coloniaux de la colonie relèvent des compétences de l'Assemblée coloniale, la défense des affaires commerciales de la Chambre de Commerce.

Sur le plan social Bourbon se plie aux différentes lois concernant l'esclavagisme.

Le 8 Mars 1832 : La loi déclare libres, les noirs qui sont trouvés à bord de navires négriers.

Le 12 Juillet 1832 : La Loi simplifie les formalités pour l'affranchissement des esclaves.

Le 30 Avril 1833 : Par ordonnance royale, la France abolie les peines de la mutilation et de la marque des esclaves.

 

Jacques Philippe Cuvillier gouverneur de La Réunion

Jacques Philippe Cuvillier Commandeur de la Légion d'honneur

 
 

Le 28 Aout 1833 : L'Angleterre décrète l'abolition de l'esclavage. A Paris, des hommes comme Tocqueville, Broglie, Lamartine, Bissette et Schoelcher mènent le même combat abolitionniste.

Le 29 Avril 1836 : Une ordonnance stipule qu'un habitant des colonies amenant en France, avec lui un esclave de l'un ou l'autre sexe, celui-ci serait affranchi selon l'ordonnance du 12 Juillet 1832. La même ordonnance indiquait les noms et prénoms à donner à ces esclaves.

Le 27 avril 1833 un complot d'esclaves est découvert à Saint-Benoît. Les deux esclaves informateurs sont affranchis.

En 1835, Timagène Houat est arrêté, il est correspondant à Bourbon de la Revue des Colonies, fondée par le Martiniquais Charles Auguste Bissette, Houat est un ardent défenseur des esclaves, il entretient des relations avec les abolitionnistes français, les libres de couleur des Antilles, les progressistes de l'île Maurice et dans l'île Bourbon avec des esclaves, des engagés, des libres de couleur, des blancs pauvres. Les autorités de Bourbon expulsent Timagène Houat vers la France pour ses idées.

Le 24 octobre 1836, Marie Grâce Tescher est condamné par la cour d'assises de Saint-Denis à 11 ans de réclusion pour traitements barbares et inhumains envers ses esclaves.

Sur le plan de l'aménagement du territoire, un décret colonial du 11 octobre 1836, classe les routes en 3 classes : les routes royales, celle qui font le tour de l'île, les routes coloniales et les chemins communaux.

Jacques Philippe Cuvillier cède sa place de gouverneur le 5 mai 1838, Une ordonnance de Roi nomme Anne Chrétien Louis de Hell, nouveau gouverneur de l'île Bourbon.

1839, les officiers de la milice de Bourbon, à Saint-Denis et à Saint-Pierre offrent deux épées d'honneur à l'ancien gouverneur de Bourbon, Jacques Philippe Cuvillier, en souvenir et " gages de la reconnaissance pour les soins qu'il avait donnés à la colonie ".

Jacques Philippe Cuvillier décède à Saintes le 31 août 1857.

 

 

 
 
   
  Voir les infos rajoutées sur cette page      Compléter les informations de cette page
   
  La dernière information ou le dernier commentaire de cette page : 
   
  Impossible d'effectuer la requête pour trouver les commentaires pour le site

Voici le message d'erreur renvoyé par la base de données :
1146 : Table 'miaimeaou1.commentaires_pages' doesn't exist