Habitats de la flore de La Réunion, colonisation et évolution des espèces, adaptation et reproduction des espèces.

Habitats flore de La Réunion.

Colonisation, évolution des espèces, adaptation, reproduction des espèces.

La Réunion sa flore, ses habitats.

Du niveau de la mer à son point culminant le Piton des neiges 3070 m, La Réunion est de forme conoïde, les différences d'altitude que comporte sa forme déterminent des changements météorologiques considérables. L'abaissement de la température et la moindre densité de l'air, le brouillard et l'humidité modifient graduellement les conditions de la vie des plantes et les espèces changent avec l'altitude. Leur étagement varie quelque peu, selon les façades climatiques « au vent » (orientale) et « sous le vent » (occidentale). La savane n'existait que du côté « sous le vent ». La végétation semi-sèche est aussi du domaine de l'ouest de l'île et des cirques occidentaux. La succession des milieux naturels liée à un étagement climatique est exceptionnelle. Plus de 110 types de végétation indigène ont été identifiés (classification CORINE Biotope), chacun présentant une structure et une physionomie différentes. Certains types de végétation, caractérisés par des espèces dominantes, sont uniques au monde, comme les fourrés hyperhumides à Pandanus répartis à moyenne altitude sur la façade au vent. Dix-neuf grands types d’habitats naturels ou d'écosystèmes très différents en terme de structure et de diversité ont été recensés, ce qui est remarquable pour une surface de 250000 hectares : de la savane littorale occidentale à la végétation subalpine, via les forêts hygrophiles de basse altitude et de montagne. Ces habitats se répartissent le long d’un gradient altitudinal, du niveau de la mer à 3000 m, sur une distance de l’ordre de 20 km.


Pyramide des étages de la végétation de La Réunion.

La réunion n'a jamais eu de contact avec d’autres terres. Toutes les espèces végétales et animales ont colonisé La Réunion et les Mascareignes à longue distance, à partir des différentes régions biogéographiques bordant l’océan Indien. Pour de nombreux groupes biologiques (souvent les grands vertébrés terrestres), l'océan constitue une barrière infranchissable. L'absence de ces groupes conduit à qualifier les faunes et les flores insulaires comme celles de La Réunion de dysharmonique. Les principaux vecteurs de propagation sont le vent, les courants marins, et différents oiseaux. Pour l'île, la principale source de colonisation est Madagascar et l'Afrique. Les travaux récents montrent néanmoins que de nombreux taxons viennent également des régions orientales: Inde, Asie, nord est de l'Australie, Nouvelle Calédonie et iles du Pacifique.


Forêt tropicale humide La Réunion.

Une fois sur place, les populations animales et végétales colonisatrices demeurent plus ou moins isolés génétiquement de leur région d'origine et certaines évoluent en espèces nouvelles par spéciation. Sur 835 taxons de la flore vasculaire indigène de La Réunion, 46.3% sont des endémiques, 28.1% des endémiques strictes, 18.2% des endémiques régionales.

Adaptation et reproduction des espèces.

Chez les plantes insulaires, du fait de la pauvreté des îles en pollinisateurs, la reproduction se fait généralement de manière autonome, c’est-à-dire sans que la plante ait recours aux services de pollinisateur. A La Réunion, ce même constat a pu être fait chez certaines plantes à fleur. En effet, chez les orchidées on observe des taux d’espèces autogames parmi les plus élevés de la planète.


Piton bleu Plaine des Cafres.

La découverte récente de la pollinisation ornithophile chez une section endémique d’orchidées du genre Angraecum souligne l’originalité de La Réunion en terme d’interaction plantes-pollinisateurs. En effet, Angraecum striatum Thouars est la seule espèce d’orchidée au monde, à être pollinisée par des oiseaux du genre Zosterops, oiseau blanc ou oiseau-lunettes gris Zosterops borbonicus (Gmelin, 1789), oiseau endémique de La Réunion. Ces derniers étant par ailleurs souvent impliqués dans la pollinisation d’autres espèces végétales telles que le Bois de Fleur Jaune Hypericum lanceolatum Lam. subsp. angustifolium (Lam.) N. Robson ou le Bois de Laurent-Martin 'Forgesia racemosa J.F. Gmel. De même, le Merle Pays Hypsipetes borbonicus (Forster, 1781), participe activement à la pollinisation d'Hisbicus boryanus DC, une espèce endémique de La Réunion. Une autre originalité de La Réunion en terme d’interaction plante pollinisateur tient au fait que de nombreuses espèces ont recours aux lézards pour se reproduire comme c’est le cas du Bois de Piment Geniostoma borbonicum (Lam.) Spreng. Cette grande diversité d’interaction plantes-pollinisateurs est particulièrement originale dans un contexte insulaire et tient au fait de la grande diversité des habitats de l’île de La Réunion, générée par le relief prononcé et accidenté de l’île.


Étage mésotherme La Réunion.

Les types d'habitats à La Réunion.

Thérésien Cadet botaniste né à La Réunion, décrit minutieusement les différents types d'habitats de La Réunion, qu'il définit en fonction des facteurs :
- Climatiques : Température, pluviométrie, lumière.
- Géographique : Altitude.
- Édaphiques : Nature du sol, propriétés chimiques et hydriques.
- Biotiques du milieu : Diversité et abondance des espèces, communautés végétales.

La classification des différents type d'habitats établie pour La Réunion :

Étage altimontain.

L’étage altimontain commence dès 1700 m sur les pentes au vent du massif du Piton de la Fournaise, ainsi qu’à partir de 1900 m, sur les pentes sous le vent de ce massif et sur celles du Piton des Neiges. Il regroupe au niveau du Massif de la Fournaise les zones du Nez Coupé de Sainte Rose, du Piton de l’Eau, du Nef de Boeuf, de la Plaine des Remparts et de Foc-Foc. Au niveau du Massif du Piton des Neiges les zones de La Plaine des Chicots vers la Roche Écrite, du Grand Bénare, du Sommet de l’Entre-Deux, de la Plaine des Salazes, du Gros Morne, de la Crête des Salazes et du Mazerin.

Étage mésotherme.

Étage mésotherme désigne les forêts tropicales humides de La Réunion de 1000 à 1900 m d'altitude. La forêt tropicale humide de montagne de La Réunion ou la forêt de bois de couleurs des hauts ou encore la forêt néphéléphile de 1000 à 1900 mètres d'altitude correspond à l'étage mésotherme hygrophile ou étage mésotherme néphéléphile. Cette forêt est constamment saturée d'humidité atmosphérique, fréquemment dans les nuages lui donnant ainsi de la fraîcheur et de l'humidité. La forêt tropicale humide, l'étage mésotherme, commence de 800 à 900 m sur le versant au vent et de 1000 à 1100 m sur le versant sous le vent. C'est la zone fraîche et pluvieuse des brouillards et des nuages qui s'accrochent au relief, un monde où règne une humidité constante propice à l'exubérance des mousses, des fougères et des épiphytes.

Étage mégatherme hygrophyle de moyenne altitude.

Étage mégatherme hygrophyle de moyenne altitude désigne les forêts de moyennes altitudes de La Réunion. Cet étage commence à 500 m sur le versant au vent et à 600 m sur le versant sous le vent.

Étage mégatherme hygrophyle de basse altitude.

Étage mégatherme hygrophyle de basse altitude désigne la forêt et la végétation tropicale humide de basse altitude « bois de couleurs des bas » du niveau de la mer jusqu'à 500 m d'altitude, forêt sur le versant au vent. La forêt de mare longue à Saint-Philippe est une forêt hygrophyle de basse altitude, classée réserve naturelle depuis le 28 août 1981.

Étage mégatherme semixérophile de basse altitude.

Étage mégatherme semixérophile de basse altitude désigne la forêt semi-sèche et la végétation du versant sous le vent du niveau de la mer jusqu'à 600 m d'altitude. La forêt du Piton Monvert, commune de Saint-Pierre est une forêt semi-sèche.


Étage altimontain La Réunion.

La flore de La Réunion dans son milieu.

Espèces rencontrées :

- Flore Forêt de Mare Longue.

- Flore Piton Monvert.

- Flore Forêt des Hauts de Mont-Vert.

- Flore Plaine des sables.

- Flore Piton de l'Eau.

- Flore Étang du Gol Saint-Louis.

- Flore Étang de Bois Rouge.

- Flore Forêt de tamarins du Piton Ravine Blanche.

Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Lundi 23 Octobre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Mi-aime-a-ou.com ne peut prendre aucune responsabilité concernant les effets nocifs de l'utilisation des plantes. Sollicitez toujours l'avis d'un professionnel avant d'utiliser une plante médicinale.





Les dernières pages ajoutées :


Caesalpinia sappan L
Caesalpinia sappan L

Hibiscus ovalifolius (Forssk.) Vahl
Hibiscus ovalifolius (Forssk.) Vahl

Ficus microcarpa L. f
Ficus microcarpa L. f

Clerodendrum quadriloculare (Blanco) Merr
Clerodendrum quadriloculare (Blanco) Merr

Claoxylon parviflorum A. Juss
Claoxylon parviflorum A. Juss

Pachira quinata (Jacq.) W.S.Alverson
Pachira quinata (Jacq.) W.S.Alverson