Histoire de La Réunion année 1905, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1905.

Histoire de La Réunion année 1905

- Page précédente :: Année 1904 - Page puivante :: Année 1906


8 janvier 1905, le député de La Réunion Louis Brunet est élu sénateur, lors de l'élection partielle pour pourvoir au remplacement de Théodore Drouhet, décédé le 18 octobre 1904.

Mars 1905, un cyclone détruit une bonne partie des récoltes.

Mai 1905, un voilier italien, le Michel Salustro , alors qu’il vient de Maurice, s'échoue, toutes voiles dehors, dans les galets du Champ-Borne. Histoire Maritime de La Réunion.

Le voilier Michel Salutro

11 juin 1905, élections législatives partielles en remplacement de M. Louis Brunet, député élu Sénateur. Le Docteur maire de Saint-Denis Jules Auber, homme de gauche est opposé au républicain Lucien Gasparin, soutenu par François de Mahy. Jules Auber est élu député de la première circonscription de la Réunion.

Juillet 1905, Le gouverneur de La Réunion Paul Samary est mis en disponibilité. Le 1 er août 1905, Fernand Thérond est gouverneur intérimaire de La Réunion. L'intérim du poste de gouverneur de La Réunion est ensuite confié le 30 août 1906 à Auguste Marius Vérignon jusqu'à l'arrivée du nouveau gouverneur en novembre 1906, Adrien Bonhoure.

Embarquement de sucre Rade de Saint-Paul en 1905


Incendie de l'église de Saint-Paul.

Église de Saint-Paul avant incendie de 1905

Saint-Paul, le 6 août 1905, il est un peu plus de sept heures du soir. Tout est calme autour de l'église de Saint-Paul dans laquelle, quelques heures plus tôt, ont été célébrés les derniers offices de cette journée. M. Léon Bellamy, passe auprès du sanctuaire accompagné d'un enfant. Son attention est attiré par une assez vive lueur sortant à travers les vitraux de l'église. La lueur est trop forte pour provenir d'une des petites veilleuses qui restent allumées toute la nuit dans les églises, principalement devant le tabernacle. M. Bellamy s'approche d'une des fenêtres de l'église, mais ne pouvant voir ce qui s'y passe, installe l'enfant sur l'appui de la fenêtre. L'enfant se rend compte que l'église flambe ! L'escalier en bois qui mêne au lutrin est en feu et déjà les flammes atteignent le plafond. Le courant d'air de cettenuit d'hiver, s'engouffrant aisément dans le bâtiment par deux fenêtres, ne fait qu'aggraver les choses.

M. Bellamy se précipite à la cure proche, réveille le prêtre qui arrive bientôt sur les lieux du drame accompagné de plusieurs personnes. Les flammes dévorent déjà le plafond de l'édifice, mais la sacristie n'est pas encore atteinte. Le curé aidé par quelques paroissiens, défonce la porte de l'église et entreprend de déménager les objets les plus précieux : il peut emporter au-dehors quelques vases sacrés, mais très vite les flammmes obligent les volontaires à battre en retraite. De plus, une épaisse fumée menace d'asphyxie les imprudents qui osent encore s'aventurer dans la nef. Il est huit heures et il fait clair comme en plein jour tant l'incendie a pris de l'ampleur. Une dame Formante s'accroche alors à la cloche et sonne le toscin. Les pompiers municipaux sont très vite là, mais "l'église offre l'aspect d'un volcan en éruption et l'usage des pompes devient impossible et inutile. Cependant on a essayé mais en vain" dit la "Patrie Créole" du 9 août 1905.

Plutôt que d'arroser un bâtiment déjà presque entièrement détruit, les pompiers se mettent alors en devoir de préserver les maisons d'habitation des alentours. Plusieurs d'entre elles sont d'ailleurs en train de s'embraser. Les pompes ne sont pas nombreuses, mais pour une fois elles fonctionnent à merveille. Le quartier est sauvé, mais il s'en est fallu de peu.

Incendie 1905 église de Saint-Paul


Inauguration de La Mosquée de Saint-Denis.

28 novembre 1905, Inauguration de La Mosquée de Saint-Denis de La Réunion, c'est la première mosquée de France que les fidèles baptisent Noor-al-Islam désormais les musulmans jouissent d’un lieu officiel de prière. La première demande pour l'établissement d'une mosquée, date de 1893, le gouverneur de l'île Bourbon Laurent Marie Émile Beauchamp a répondu positivement en 1903. Érigé en bois dans le quartier commerçant de Saint-Denis la mosquée peut accueillir dans la salle de prière 150 personnes.

En décembre 1905 la communauté musulmane de la Réunion célèbre pour la première fois la fin du Ramadan dans la nouvelle mosquée de la rue du Grand-Chemin à Saint-Denis. Des non-musulmans ont été invités, pour l'occasion, à visiter le magnifique édifice religieux. "Jusqu'à une heure assez avancée de la nuit, rapporte "La Patrie Créole" du 1 er décembre 1905, des curieux ont stationné devant le monument qu'irradiaient des faisceaux de lumière électrique, habilement disposés..." Même si, comme le déclare le rédacteur de "La Patrie Créole", l'adoption d'une technique aussi révolutionnaire étonne un peu de la part d'une communauté réputée pour son respect des traditions, il n'en est pas moins vrai que "les musulmans ont eu doublement raison d'agir comme ils l'ont fait. Car, en dehors de l'avantage, qui n'est pas à dédaigner, d'éviter ainsi les dangereux aléas d'un incendie, ils ont fait preuve, dans la circonstance d'un réel sentiment artistique. La blanche lumière de l'électricité remplace, en effet, celle de la lune. Elle produisait, mardi notamment, des effets véritablement magiques. Mais pénétrons, poursuit "la Patrie Créole", avec les invités à l'intérieur du monument. Attention, il va falloir quitter nos chaussures si nous voulons gagner le parvis consacré. Des sandales de paille, de cuir et des espadrilles sont mis à la disposition des personnes qui craignent, pour leurs pieds nus, le contact glacé du stuc ou du marbre.

Nons ne sommes plus à Saint-Denis, mais en Orient. Nous vivons un conte des Mille et Une Nuits. N'est-ce pas l'Orient, cette salle d'une nudité sévère et qui respire cependant un air de fête ? Un silence presque religieux y est observé. Involontairement les chrétiens présents se gardent, eux aussi, de toute interjection. Ce mutisme pèse surtout aux chrétiennes ! La colonie arabe est là, au grand complet. Son chef, le prince Saïd-Ali (des Comores, en exil), souriant et affable, trouve pour chaque arrivant une parole aimable." (En fait, Saïd-Ali n'est pas le chef de la congrégation musulmane ; cette position est occupée par M. Cassim Affejee. Le prince ne reçoit qu'en tant que sultan en exil). Et, après avoir expliqué à ses lecteurs en quoi consiste le Ramadan, le rédacteur de "La Patrie Créole" ajoute : "Les pauvres n'ont pas été oubliés. Une somme de mille francs a été mise, en effet, nous assure-t-on, à la disposition du chef de la colonie, pour leur être distribuée. De plus, des distributions de riz leur ont été faites, ainsi que cela a lieu, chaque année, à pareille époque..."

9 décembre 1905, le parlement français vote une loi qui proclame la séparation de l’Eglise et de l’Etat, à La Réunion Monseigneur Fabre réagit dés le 15 décembre 1905 : " Dans quelle mesure, quand, et comment nous sera appliquée cette loi qui va bouleverser tant de choses ? demande-t-il. Nous ne le savons pas. Nous le saurons, quand on aura fini tant bien que mal de rédiger ce qu’on appelle un Règlement d’administration publique, règlement destiné à fixer le sort de l’Algérie et de nos trois petites colonies ".

Les craintes des évêques coloniaux sont quelque peu apaisées par le président Loubet qui leur affirme son opposition à l’extension et de la loi ; par ailleurs il ferait son possible pour s’y opposer.

Une partie du clergé de La Réunion refuse de déposer les armes contre la République laïque. Fabre y répond par le silence, installé au-dessus des luttes locales, l'évêque limite ses tournées pastorales, poursuit ses études historiques et littéraires, et laisse ses vicaires généraux administrer le diocèse.

28 décembre 1905, création du syndicat du géranium. Il a pour président Jules Hermann, pour vice-président Jules Bertaut, pour secrétaire Charles Bastide et pour trésorier François Hibon.


Naissance en 1905 :

29 avril 1905, naissance de Frédéric Champierre de Villeneuve. Député de La Réunion de 1951 à 1955 et de 1958 à 1962.

2 juillet 1905, naissance de Marcel Cerneau. Président du Conseil général : 8 mai 1966 au 4 octobre 1967. Président du Conseil Régional : 15 décembre 1973 au 3 janvier 1978. Député et sénateur de La Réunion.

4 octobre 1905, naissance à Saint-Denis d'Albert Lougnon, historien, écrivain.


Décès en 1905 :

7 août 1905, décès de Monseigneur Victor-Jean-Baptiste-Paulin Delannoy évêque de La Réunion de 1872 à 1876.

26 décembre 1905, décès de Louis Brunet, homme politique de La Réunion, conseiller général et maire de la commune de Saint-Benoît, député et sénateur de La Réunion.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Jeudi 14 Novembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.