Histoire de Salazie.

Histoire de la commune de Salazie La Réunion.

Création de la commune de Salazie le 1 août 1899.



                         Blason de Salazie île de La Réuion


Mare à Poules d'eau Salazie.


Relais à Salazie.


Thermes de Salazie Hell-Bourg La Réunion.


Les rampes de la Savanne à Salazie.

Histoire de la commune de Salazie.



Les armoiries de la commune de Salazie :

Au centre le Paille-en-queue symbolise le site faunique incomparable. Les quatre araucarias désignent les grandes forêts d'altitude qui l'abritent.



Histoire de Salazie.

Jusqu'au XIXe siècle il y a assez de terres sur la côte pour que les colons ne soient pas obligés de s'aventurer dans les cirques très enclavés de l'île. Le cirque de Salazie est habités dès le XVIIe siècle par les Noirs marrons, esclaves en fuite aspirant à la liberté.

En dehors des différentes causes qui amenaient les habitant de l'île à rechercher de nouvelles terres, ce fut le terrible cyclone de 1829 et celui de 1830 déclenchant une grave crise agricole dans la zone de Saint-André qui décida plusieurs moyens propriétaires de la région à coloniser, le cirque de Salazie vers 1830. Le cirque à cette époque n'avait pas de nom, seule la mare au pied du Piton de l'esclave Anchaing en avait un, c'était la mare à Poules d'eau.

La légende veut que le premier habitant blanc ait été Théodore Cazeau qui en 1829 vint s'établir à la Mare. Les premiers établissements furent encouragés par le gouvernement, l'arrêté du 1 er décembre 1830 fixa la circonscription administrative des terres accordées à la Mares à Poules d'Eau et accorda une exemption de droit de capitation pour les noirs qui seraient affectés à l'exploitation de ces terres. Ce furent les concessions primitives.

La mare à Poule d'Eau a servi aux familles des premiers concessionnaires terriens de lieu de culture de divers légumes et fruits. La richesse en poissons permettait à ces familles de manger correctement.

En 1832, chassant le cabri marron, Adrien Pignolet de Fresnes et Adam de Villiers découvrirent des sources, dans la région de l'îlet à Vidot, au lieudit, Bemaho. Le docteur Vinson alla les reconnaître et après une étude conclut à la valeur médicale de ces sources.

Après cette découverte, on s'occupa alors sérieusement de la région. Le nom de Salazie fut donné, diton, par Annette de La Serve, fille de Nicolas de La Serve, ardent patriote, concessionnaire primitif du cirque. On raconte que lassée d'entendre toujours parler des " sources " elle choisit ce nom de Salazie, certainement issu de celui du massif des Salazes. D'après Julien, ce nom viendrait du malgache soalozy qui signifie, bon campement. Le nom eut beaucoup de succès, et le gouverneur de l'île, Barberoux, le choisit comme prénom pour sa fille. Le nom de Salazie reconnu en 1835, dans le décret colonial consacrant définitivement les premières concessions, s'étendait à tout le cirque.

En 1836, Salazie devint district spécial de Saint-André et les réglementations des concessions bien établies. Une partie pour la commune, une partie pour les trente six concessionnaires primitifs, et une partie pour le " boit debout " c'est à dire au Domaine.

Parmi les premiers concessionnaires on retrouve les noms de Lepervanche, Robinet de La Serve, Adam de Villiers, Loupy, Cazeux, Perrichon, Pignolet, Lescouble, Sicre, Bédier, Lagourgue, Dubuisson. L'actuel village de Salazie fut créé au lieudit, Le petit Sable, en 1834. Helle Bourg créé autour des, Sources thermales, fut baptisé en 1842 en l'honneur de l'ancien gouverneur de La Réunion Anne Chrétien Louis de Hell et devint section de Salazie le 1 er août 1899 en même temps que la création de la commune.

Le cirque de Salazie connut au début une période de prospérité. Sur ce sol tout poussait, on cultiva avec succès, le tabac, le café, la vanille, les légumes et les fruits. Mais c'est le Chouchou, la christophine, Sechium edule (Jacq.) Sw., importé du Mexique en 1840 par Sully Brunet, qui fut une source de revenus pour les habitants du cirque. On consomme la racine, les cœurs et le fruit. Vers les années 1925, la paille de chouchou était très utilisée comme plante textile et pour l'artisanat, notamment pour la confection de chapeaux, qui connurent leur heure de gloire fin XIXème, lorsqu'ils furent commercialisés en Europe par un chapelier romain. Jusqu'à le seconde guerre mondiale, cette matière première était exportée de Salazie vers le sud de la France ou en Italie.

Ce sont les sources qui firent la renommée du Cirque de Salazie. On y pénétrait difficilement, mais les curistes y étaient nombreux. On se logeait comme on pouvait dans des cases de bois ou de paille. Un hangar en vétyver était, à l'origine, construit au bord de la source qui coulait naturellement d'un roc couvert de rouille. Le 13 juillet 1852, fut créée la Société Anonyme de l'Établissement Thermal de Salazie. Hell Bourg connut alors une belle période jusqu'en 1920. Un hôpital militaire, devenu hôtel des Salazes avait été construit pour héberger les militaires de Madagascar, malades et fatigués. On y venait pour ses eaux, son cadre magnifique et son excellent climat. Salazie était donc à la mode, et la dernière période brillante de la station fut celle animée par le Docteur Manès, qui se partageait entre ses malades et une activité culturelle dont le centre était le Grand Hôtel des Salazes. Les sources furent délaissées ensuite, fermées pour des raisons financières et détruites par le cyclone de 1948.


Dernière mise à jour : Mercredi 28 Juin 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.


Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+