Pierre Lagourgue, homme politique né à Sainte-Marie La Réunion, député, sénateur, président du conseil général, et du conseil régional de La Réunion.

Pierre Lagourgue.

- Nom : Pierre Lagourgue.
- Naissance : 3 janvier 1921 à Sainte-Marie La Réunion.
- Décès : 16 février 1998 à Paris.
- Fonction(s) :
- Médecin radiologue.
- Directeur du service de radiologie du centre hospitalier départemental de La Réunion.
- Conseiller général du canton de Saint-Benoît La Réunion.
- Conseiller général du quatrième canton de Saint-Denis La Réunion.
- Président du conseil général de La Réunion.
- Député de La Réunion.
- Vice président du conseille régional.
- Président de conseil régional.
- Sénateur de La Réunion.


Pierre Lagourgue est né le 3 janvier 1921 à Sainte-Marie La Réunion.

Pierre Lagourgue député de La Réunion

Il fait sa scolarité au lycée Leconte-de-Lisle de Saint-Denis, puis effectue ses études de médecine en métropole est devient médecin radiologue de profession.

1949, de retour à La Réunion, il s'établit comme radiologue à Saint-Denis.

Pierre Lagourgue prend ensuite la direction du service de radiologie du centre hospitalier départemental de La Réunion.

Parallèlement à sa carrière professionnelle, il s'engage dans la vie politique réunionnaise.

1958, il est élu conseiller général du canton de Saint-Benoît.

1964, il est élu conseiller général du quatrième canton de Saint-Denis.

1967, il accède à la présidence du conseil général de La Réunion face au candidat sortant Marcel Cerneau, et sera réélu quatre fois jusqu’en 1982, date à laquelle Auguste Legros lui succède.

Pierre Lagourgue

22 septembre 1974, Pierre Lagourgue se présente aux élections sénatoriales. Au premier tour, il obtient 297 des 604 suffrages exprimés, il échoue de très peu au second tour, avec 295 des 594 suffrages exprimés, il n'est devancé que de cinq voix par le dernier élu au Sénat, le maire de Saint-André, Louis Virapoullé.

12 mars 1978, Pierre Lagourgue se présente aux élections législatives, sous l'étiquette de l'Union pour la Démocratie Française dans la troisième circonscription de La Réunion, à Saint-Pierre. Avec 22 433 des 41 873 suffrages exprimés, il accède à la députation en battant le communiste Élie Hoarau et le député sortant centriste Marcel Cerneau qui recueillent respectivement 12 374 et 4 497 voix.

Proche du Premier ministre d'origine réunionnaise, Raymond Barre, il s'inscrit au groupe de l'UDF au Palais Bourbon. Il siège à la commission des affaires culturelles de 1978 à 1981. Il consacre tout son mandat de député à attirer l'attention sur les difficultés des départements d'outre-mer.

Hôtel de Région Pierre Lagourgue

Nommé en 1979 au sein de la commission d'enquête sur la situation de l'emploi et le chômage, il s'alarme ainsi régulièrement de l'accroissement de ce dernier. Il déplore en outre les disparités entre les départements d'outre-mer et la métropole en matière d'indemnisation du chômage et de prestations sociales.

À l'Assemblée nationale, Pierre Lagourgue se préoccupe plus particulièrement de son île, qu'il s'agisse de l'habitat rural ou du coût des transports maritimes et aériens vers ce département. Membre de la commission d'enquête sur la langue française en 1980, il s'émeut aussi du retard éducatif réunionnais.

4 et 21 juin 1981, Il se représente aux élections législatives dans la première circonscription de La Réunion où il affronte Michel Debré. Avec 9 127 des 50 249 suffrages exprimés, Pierre Lagourgue n'arrive qu'en quatrième position à l'issue du premier tour. Nettement devancé par l'ancien Premier ministre du général de Gaulle qui obtient 18 636 voix, mais aussi par le communiste Bruny Payet et le socialiste Jean-Claude Fruteau, sur lesquels se portent respectivement 12 532 et 9 447 voix, il appelle cependant ses électeurs à voter pour Michel Debré.

20 février 1983, il se présente aux élections régionales de La Réunion : Liste d'Union Nouvelle pour les Intérêts de La Réunion ( UNIR ) de avec Serge Payet, André Thien Ah Koon, Bertho Audifax. Sa liste obtient 5 sièges de conseillers régionaux avec 20 630 voix, 10.50 % des suffrages exprimés. Elu conseiller régional, il en devient vice président. Résultats des élections régionales du 20 février 1983 à La Réunion.

Mars 1983, Pierre Lagourgue est candidat aux élections municipales dans la commune de Saint-Pierre, il est battu dès le premeir tour par le candidat PCR, Partie Communiste Réunion, Elie Hoarau qui obtient 11 179 voix, soit 51.53 % des suffrages exprimés, Pierre Lagourgue, 9 785 voix soit 46.67 % des suffrages exprimés. Résultats des élections municipales de mars 1983 à La Réunion.

25 septembre 1983, nouvelle candidature infructueuse aux élections sénatoriales, lors desquelles il n'a obtenu que 377 des 853 suffrages exprimés au premier tour puis 346 des 856 suffrages exprimés au second tour.

1986, Pierre Lagourgue est élu président de conseil régional, successeur de Mario Hoarau à ce poste il reste président jusqu'en 1992 date à laquelle Camille Sudre le remplace.

1990. Sous l’impulsion de Pierre Lagourgue, président de Région , la Région Réunion a fortement influencé la création de la première compagnie aérienne française de l’océan Indien, Air Austral. Dès 1990, elle a ouvert les horizons de La Réunion sur son environnement régional.

27 septembre 1992, nouvelle candidature aux élections sénatoriales, candidat isolé, il ne recueille que 165 des 916 suffrages exprimés au premier tour. Mais fort du soutien du Parti communiste réunionnais de Paul Vergès, il est élu au second tour avec 404 des 904 suffrages exprimés. Au Palais du Luxembourg, il s'inscrit au groupe de l'Union centriste. Il siège d'abord à la commission des lois de 1992 à 1995, avant de rejoindre celle des affaires sociales de 1995 à 1998. Nommé membre titulaire en 1995 du comité directeur du Fonds pour l'emploi dans les départements d'outre-mer, il plaide constamment en faveur d'une politique d'« égalité sociale » avec la métropole en matière de logement, d'éducation, d'aide à l'emploi et à l'insertion mais aussi de tarif des télécommunications. Ses préoccupations sociales et son sens du consensus conduisent le ministre de l'Outre-mer Jean-Jacques de Peretti à le charger en mars 1997 d'une mission de conciliation entre le Gouvernement et les fonctionnaires réunionnais mécontents de la réforme de leur régime de rémunération. En 1993, il vote la loi relative aux pensions de retraite et à la sauvegarde de la protection sociale.

Officier de la Légion d'honneur et de l'ordre national du Mérite, Pierre Lagourgue s'éteint le 16 février 1998 à Paris, victime d'un infarctus à l'âge de soixante-dix-sept ans, au terme d'une carrière politique longue de quatre décennies au service de La Réunion.

Un certain nombre de sites publics de La Réunion ont été baptisés en son honneur :
- La zone autour de l'aéroport de Gillot, à Sainte-Marie.
- Le siège du Conseil régional de La Réunion, à Saint-Denis.
- Le lycée inauguré en 2004 à Trois-Mares, au Tampon.
- Un avion de la compagnie aérienne réunionnaise Air Austral porte également son nom.

Lycée Pierre Lagourgue
27 août 2005, un an après son inauguration, le lycée Tampon III, à Trois-Mares, devenait lycée Pierre Lagourgue.

10 novembre 1998. Dénomination de l’Hôtel de Région Pierre Lagourgue. Allocution en hommage à Pierre Lagourgue prononcée par Paul Vergès.

Madame,
Mesdames et Messieurs les membres de la famille de Pierre Lagourgue,
Monsieur le Préfet,
Mesdames, Messieurs,

Nous sommes réunis pour rendre hommage à un homme dont on ne s’habitue pas à l’absence.

Nous avons voulu que cet hommage lui soit rendu dans cet hôtel de Région qui est son oeuvre et qui s’appellera désormais " Hôtel de Région Pierre-Lagourgue ".

Une tradition cruelle certes mais sans équivoque, veut qu’un homme politique ne prenne sa véritable dimension qu’après sa disparition.

Vous pouvez être assurée, Madame, que Pierre Lagourgue restera dans le souvenir de ses contemporains comme dans celui des générations à venir, comme un grand Réunionnais.

Homme de conviction, il a montré par l’exemple de toute sa vie, par son attitude à contre courant souvent des idées dominantes, qu’on pouvait rester ferme sur ses positions, lutter pour faire partager ses idées par le plus grand nombre, et dans le même temps faire preuve de tolérance dans ses rapports avec les autres, de compréhension même vis-à-vis de leurs actions.

C’est en cela que Pierre Lagourgue a été constamment un exemple de comportement démocratique même si les critiques des uns et des autres à ce sujet, n’ont jamais cessé de l’étonner et de le peiner, sans jamais l’ébranler.

La fidélité intransigeante à cette attitude faite de conviction et d’ouverture, lui a permis, dans des situations changeantes, de prendre ses responsabilités et d’occuper des positions de pouvoir.

Lorsqu’on voit ce qu’il a réalisé dans des domaines aussi variés que la santé publique ou le logement, les routes ou les lycées, les transports aériens ou l’université, on se prend à regretter que des rivalités de second ordre, l’aient durant des années écarté des responsabilités où il aurait pu réaliser encore plus pour son pays.

Pierre Lagourgue était surtout un Réunionnais, fidèle à son île, fidèle à ses ancêtres et dévoué à ses compatriotes. Il était aussi naturellement Français et sut le montrer avec autant de courage que de modestie lorsque défendre la France était une question de vie ou de mort. Et c’est parce qu’il avait cette passion au moment où il fallait l’avoir, qu’il se sentait si Réunionnais car à ses yeux l’un ne pouvait aller sans l’autre.

Croyez, Madame, qu’à ce poste où Pierre Lagourgue a su être efficace, je ressens toute la responsabilité de cet héritage, si riche à porter dans tous les domaines.

Parce que la démocratie exige que des hommes de conviction et de tolérance s’affrontent parfois dans la défense de leurs idées, il arrive que ce combat les grandisse à la mesure de l’estime qu’ils se portent mutuellement.

Madame, au fur et à mesure que passent les jours et que passeront les années, Pierre Lagourgue prendra sa véritable dimension en prenant place, aux côtés des plus grands, dans l’Histoire de cette île qu’il a tant aimée.

Je sais que seuls ceux qui l’ont vécu et le vivent encore, peuvent comprendre ce qu’est un deuil infini et une tristesse indicible.

Puisse cet hommage, Madame être un modeste exemple du profond respect que nous portons à Pierre Lagourgue.



27 août 2005, un an après son inauguration, le lycée Tampon III, à Trois-Mares, devenait lycée Pierre Lagourgue.

Discours de Paul Vergès qui rend hommage à ce responsable politique :

" Participant aujourd’hui à une cérémonie non d’inauguration, qui a déjà eu lieu, mais de dénomination d’un lycée, il s’agit de préciser les raisons qui ont animé La Région pour plaider en faveur de ce choix. Le Député-maire vous a fait une description de Pierre Lagourgue. Il n’est plus parmi nous, mais on ne disparaît vraiment que lorsqu’on est oublié et, si nous voulons être dignes de l’héritage des responsables qui nous ont précédés, nous devons tout faire pour souligner leur participation à la vie de notre pays et à l’appréhension de son avenir.

La trajectoire politique de Pierre Lagourgue montre qu’il était hanté par la solution d’un certain nombre de problèmes majeurs de notre île et qu’il a tout fait pour tenter d’apporter sa part à leur solution. Un des problèmes de La Réunion évoqué précédemment est celui du désenclavement. Pour cela, il faut que soient garanties la permanence de nos communications aériennes, la sécurité de nos compagnies et l’aide éventuellement apportée au déplacement. Cette idée a animé le Président Pierre Lagourgue dans sa participation essentielle à la création de notre société régionale, Air Austral, et dans sa prise de position courageuse vis-à-vis de l’opérateur historique. En cela, je pense qu’il a fait face à ses responsabilités politiques. Il était donc normal que le lieu où se sont réalisées toutes ses ambitions dans ce domaine porte son nom. C’est pourquoi la zone aéroportuaire de La Réunion s’appelle, à la demande de La Région, « zone aéroportuaire Pierre Lagourgue ». Il ne faut pas que les voyageurs oublient qu’aujourd’hui ils doivent leurs possibilités de déplacement à ceux qui se sont battus hier.

De même, en ce qui concerne le siège de notre Région. Dès le départ, dans tous les domaines de compétences, au départ sans doute modestes et qui ont grandi depuis, Pierre Lagourgue s’est battu avec les différents services pour faire respecter les prérogatives de La Région. Tout à l’heure, le Député-maire faisait état des colères du Président Lagourgue. Je ne peux pas en attester aussi fidèlement que lui, mais tout le monde a le souvenir de ses affrontements avec certains services et sait qu’il ne cédait jamais. Il était normal que ce siège qu’il a eu la responsabilité de faire édifier porte son nom.

Aujourd’hui, nous sommes dans un lycée. Je crois que c’est dans ce domaine que Pierre Lagourgue a montré tout particulièrement ses capacités d’anticipation. Lorsque La Région a eu à prendre des responsabilités dans ce domaine, nous sortions d’une période où le nombre des lycées était très réduit. Au début des années 60, n’existait qu’un lycée, le lycée Leconte de Lisle à Saint-Denis. L’événement fut la création du lycée Roland Garros, au Tampon, en 1965. Dès le début de sa présidence, Pierre Lagourgue a mis au centre de ses préoccupations le problème des lycées. Aujourd’hui, il n’est plus là, mais les chiffres nous montrent sa capacité de prévision. La rentrée de cette année a concerné un nombre de jeunes qui correspond, à quelques centaines près, à la population totale de La Réunion en 1950. Je pense que peu de pays dans le monde peuvent donner un tel exemple : 60 ans après le passage du statut de colonie à celui du département, le nombre d’enfants aujourd’hui concernés correspond à la totalité de la population en 1950. Cela exige la concertation entre tous, qu’il s’agisse de l’Etat dans ses compétences propres, qu’il s’agisse des municipalités pour les écoles primaires, qu’il s’agisse du Conseil général pour les collèges ou du Conseil régional pour les lycées. Nous avons à faire face énergiquement et ponctuellement à nos responsabilités de façon à apporter dans ce domaine notre contribution.

Au moment du soixantième anniversaire de la loi du 19 mars 1946, La Réunion comptera 44 lycées publics, alors qu’il n’y en avait qu’un seul en 1946 et deux en 1965. Dans cette action décisive, nous devons saluer le rôle de Pierre Lagourgue. La grandeur d’un politique, consiste, non à s’engager dans les batailles quotidiennes immédiates, mais à préparer l’avenir de la société dont il a la responsabilité, même et surtout s’il sait que ce qu’il construit, c’est pour des générations futures, alors que lui-même a toutes les chances de ne pas le voir.

Dans ce domaine, nous pensons que Pierre Lagourgue a été un exemple. Lorsqu’on voit notre île qui de 760 000 habitants actuellement va vers un million d’habitants en 2025, lorsqu’on voit les problèmes de l’emploi, nous savons que la condition première du développement économique, c’est la formation initiale depuis les écoles maternelles et primaires, jusqu’aux collèges et lycées, aux instituts de formation professionnelle et aux universités. Si nous ne faisons pas face, dès maintenant, à cette responsabilité, nous savons que nous compromettons l’avenir de toute une génération. Il était normal que dans ce domaine des lycées, le nom de Pierre Lagourgue fût rappelé et perpétué. C’est l’honneur du conseil municipal du Tampon, du conseil d’administration du lycée d’avoir approuvé la proposition de dénommer ce lycée Pierre Lagourgue. Nous voulons les en féliciter tous. Mais nous aurions aimé un geste beaucoup plus prompt d’une autre commune, d’un autre lycée, car si l’hommage est juste et légitime, je pense qu’il est un peu tardif, ce qui ne plaide pas en faveur de la clairvoyance de notre classe politique ni de sa reconnaissance envers ceux qui ont vraiment œuvré pour le pays sans penser à leur carrière politique.

Il est vrai - et c’est peut-être là l’honneur de Pierre Lagourgue - qu’il a eu une carrière politique très chaotique. Très chaotique, parce qu’il avait le courage de dire non quand il fallait dire non. C’est une leçon aussi pour tous ceux qui viennent après lui. On ne peut pas bâtir une œuvre politique, si on n’a pas d’abord le courage politique. Il nous en a donné maints exemples, ce qui lui a causé maints déboires. Mais je ne l’ai jamais vu regretter les épreuves auxquelles il était confronté, parce qu’il savait qu’au-delà de ces petitesses, il avait une tâche à remplir, celle de faire sa vie, de la remplir comme la tâche d’honneur d’un honnête homme. Cet hommage ne vise pas seulement son passé, mais surtout sa capacité d’anticipation, sa vision d’avenir, l’œuvre accomplie non seulement pour ses contemporains mais surtout pour les générations qui fréquentent aujourd’hui nos collèges, nos lycées et notre université. Là encore, je me rappelle les efforts de Pierre Lagourgue pour accentuer la part de La Réunion dans la mise en place d’une véritable université de La Réunion. Il est toujours juste à notre sens de perpétuer le souvenir de ceux qui ont consacré leur vie au service de leur pays. Je sais qu’un des déficits, si on peut dire, de la société en général et de sa classe politique surtout, c’est de vivre au jour le jour, en n’ayant pour objectif que sa propre trajectoire, sa propre carrière, appelez cela comme vous voulez tellement c’est dérisoire. Sur ce plan, le geste d’aujourd’hui porte au-delà d’un homme, car il manifeste la conscience de l’appropriation de notre histoire, non pas vieille d’un siècle ou deux, mais des décennies passées. Quand il s’agit de dénommer des rues, des boulevards, des édifices, je constate des efforts d’imagination, si l’on peut dire, pour chercher des noms, en oubliant ceux qui s’imposent avec évidence. Mais vous connaissez l’adage : « Beaucoup ont des yeux, mais ils ne voient pas ». C’est donc avec ce regard sur notre passé, avec cette vision sur nos responsabilités politiques vis-à-vis de l’avenir que nous pouvons considérer que nous honorons aujourd’hui un modèle d’homme politique.

On me dira : mais, vous n’aviez pas les mêmes idées, vous vous êtes souvent combattus, je crois que là aussi il a donné un exemple. On a rappelé tout à l’heure le passé assez violent des luttes politiques à La Réunion, il y a quelques décennies. Au milieu de ces luttes, effectivement, il y a un homme - et on lui en a fait le procès -, qui, sans jamais abdiquer de ses idées, sans jamais céder sur rien dans ses options, était capable d’écouter les autres, d’être tolérant et d’admettre que les autres, parfois, n’avaient pas totalement tort. Cela ne concerne pas toute La Réunion, mais seulement un certain nombre de gens engagés dans la vie sociale et politique. Mais, dans une île aussi petite que la nôtre, il est essentiel d’être tolérant, ferme dans ses idées, de ne jamais abdiquer, si l’on pense que l’on a raison, mais de considérer que celui qui combat vos idées n’est jamais un ennemi, même s’il est un adversaire. C’est en cela que Pierre Lagourgue nous a donné l’exemple d’une démocratisation, d’une normalisation de la vie politique à La Réunion. Cela aussi est à méditer.

Alors que nous avons parlé d’une façon générale de l’apport de Pierre Lagourgue à l’histoire de notre pays, je voudrais saluer Madame Lagourgue, ses enfants et ses petits-enfants, tous ceux qui ont eu l’avantage de le connaître plus intimement. Je voudrais leur dire qu’à La Réunion il y a beaucoup de Réunionnais, quelles que soient leurs options politiques, qui ont apprécié l’œuvre de Pierre Lagourgue : elle entre dans notre histoire et nous vous remercions d’avoir accompagné Pierre Lagourgue jusqu’à ce qu’il nous quitte. Il nous quitte, mais s’il a quitté la vie terrestre, ses idées vivent aujourd’hui, dans cette foule réunie ici. C’est cela qui est essentiel pour un homme politique. "



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Jeudi 22 Août 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.