Louis Isaac Pierre Hilaire Doret gouverneur de La Réunion. Personnage célèbre de l'île de La Réunion

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com
 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Personnages célèbres de La Réunion :: 
    Recherche par :: Liste alphabétique :: Liste année de naissance
    Rubrique   :: Artiste :: Divers :: Écrivain :: Gouverneur :: Militaire ::  Politique :: Préfet :: Religion :: Scientifique
       

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
         

 

 

Louis Isaac Pierre Hilaire Doret.

Gouverneur de La Réunion du 15 avril 1850 au 8 août 1852.

 

Gouverneur précédent :: Marie-Bon-Ézéchiel Barolet de Puligny :: Gouverneur suivant :: Henri Hubert Delisle

   
 

Louis Isaac Pierre Hilaire Doret est né le 13 janvier 1789, à Saint-Jean d'Angély en charente, son père est procureur au siège présidial de Cognac.

C'est comme mousse que le jeune Louis Isaac Doret entre dans la marine.

Embarqué sur différents bâtiments, il est enseigne de vaisseau en 1812 et participe à divers combats importants.

En 1815, Louis Isaac Doret est à l'île d'Aix quand, avec d'autres officiers, il conçoit le projet de transporter l'empereur Napoléon Ier en Amérique. Le projet d'évasion éventé, les officiers dénoncés, Doret, le principal instigateur est expulsé de la Marine Royale. Il rentre alors dans la marine marchande, quitte la France et parcourt les mers des Indes et de Chines. C'est ainsi qu'on le retrouve dans les Mascareignes où il connait des démêlés épiques. Il se bat en duel à l'île Maurice avec son second, voit son navire sombrer dans une tempête à Rodrigues.

Quand éclate la Révolution, Doret est en France, le 23 octobre 1830, le ministre de la Marine, par ordonnance royale, réintègre Louis Isaac Doret comme enseigne de vaisseau.

Le 1er mars 1831, il est promu lieutenant de vaisseau.

20 mai 1831 il épouse, à Brest, Julie-Charlotte Ollivier, née à Lorient le 15 mars 1813, la fille du capitaine de corvette, Charles Ollivier.

 

 

Louis Isaac Pierre Hilaire Doret

 

 
 

Nommé en 1838 chef d'état-major de la flotte que commande l'amiral Baudin, il fait la campagne du Mexique, et prend part au siège de Saint-Jean d'Ulloa.

Le 14 juin 1839, il est promu au grade de capitaine de corvette. En cette qualité, il remplit diverses missions lointaines, et fait plusieurs voyage en afrique.

Le 20 janvier 1839, il est promu officier de la Légion d'honneur et capitaine de corvette.

En 1844, il est capitaine de vaisseau. Le 13 janvier 1849, âgé de 60 ans, le capitaine Doret est mis à la retraite.

Il est à Brest quand le prèsident de la République Louis Napoléon le tire de sa retraite et le désigne comme gouverneur de la Réunion en fin d'année 1849..

Le gouverneur Louis Isaac Pierre Hilaire Doré embarque sur l'Eurydice qui appareille le 3 janvier 1850 pour être en rade de Saint-Denis le 15 avril 1850.

Dès son arrivé Louis Doret s'exprime devant les habitants de la Réunion :

" Habitants de l’île de la Réunion, appelé par le choix du président de la République au gouvernement de l’île, je n’ai point hésité à faire à une colonie qui, depuis si longtemps, possède toutes mes sympathies, le sacrifice de la vie tranquille et indépendante à laquelle mes longs services me donnaient droit … Fort de mes intentions, animé de l’esprit de justice, de conciliation et de fermeté qui présidera à tous mes actes, assuré que le concours de tous les hommes d’ordre et de bien ne me manquera pas, je prends avec sécurité la direction des hauts intérêts qui me sont confiés, heureux si, après le temps plus ou moins long que je suis appelé à passer au milieu de vous, lorsque ma tâche sera terminée, avoir des actions de grâces à rendre à la providence pour le bien que j’aurai pu faire ".

Le 22 juin 1850, la bulle papale de Sa Sainteté Pie IX transforme la préfecture apostolique en évêché. Le 21 mai 1851, Monseigneur Florian Desprez arrive à la Réunion. L’ancien curé-doyen de Notre-Dame de Roubaix est le premier évêque du diocèse de la colonie.

La colonie se voit bientôt dotée de plusieurs établissements sanitaires et sociaux que l’abolition de l’esclavage avait rendus indispensables, le 5 décembre 1850, l’inauguration de la première salle d’asile, un second établissement voit le jour au Butor.

10 décembre 1850, Louis Isaac Doret est fait commandeur de la Légion d'Honneur.

13 décembre 1850, le gouverneur Doret par arrêté décide qu'il sera perçu à partir du 1 er janvier 1851 à l’entrée des trois ports de la colonie : Saint-Denis, Saint-Paul et Saint-Pierre, un droit municipal d’octroi sur les objets venant de l’extérieur. Le but est de faire sortir les communes de l’île de l’état de pénurie où elles se trouvent en créant un impôt indirect établi sous forme d’octroi.

 

Les élections se succèdent dans l'île de La Réunion. La dépêche ministérielle du 29 août 1851 signée de Chasseloup-Laubat, invite le capitaine de vaisseau en retraite Doret, Gouverneur à organiser l'élection présidentielle et les élections législatives, conformément aux articles de la loi du 15 mars 1849. Doret prend aussitôt, le 26 novembre 1851, l'arrêté suivant, avec l'accord du conseil privé :

" au nom du peuple français. Nous gouverneur de l'Île de la Réunion. ... Avons arrêtés et arrêtons. :

Les collèges électoraux s'ouvrirons dans toute la colonie le lundi 29 décembre prochain dans chaque circonscription et section électorale pour procéder à l'élection de deux représentants du peuple.

Pour l'élection du Président de la République, les mêmes collèges se réunirons le vendredi 9 janvier 1852 ;

Une décision du Directeur de l'Intérieur fera connaître le lieu de la réunion de chaque section électorale.

Pour l'élection des représentants, le recensement général des votes se fera au chef-lieu de la colonie, suivant le mode indiqué par l'art. 61 de la loi électorale et après l'accomplissement des formalités prescrites par les art. 59 et 60.

Pour l'élection du Président, les procès-verbaux des opérations électorales seront transmis au Dir. de l'Intérieur pour être adressés par nos soins à M. le Président de l'Assemblée nationale par l'intermédiaire de M. le Ministre de la Marine.

Une instruction du Directeur de l'Intérieur, adressée à MM. les maires et juges de paix, indiquera les formalités essentielles à remplir pour assurer la validité des opérations.

Le directeur de l'Intérieur est chargé de l'exécution du présent arrêté qui sera publié, enregistré et inséré au Bulletin officielle de la Colonie.

Saint-Denis, le 26 novembre 1851, Doret. Par le gouverneur : le Directeur de l'Intérieur, Ed. Manès. "

 

Election des représentants, les deux personnalités élues, Sully Brunet et Adrien Bellier, ne seront pas admises à l'assemblée nationale, car leur élection ne sera pas validée. Le coup d'État du 2 décembre 1851 de Louis Napoléon Bonaparte sera suivi du décret-loi du 2 février 1852 qui supprime la représentation coloniale.

Élection du président, le résultat général pour toutes les circonscriptions qui ont voté :

- Louis Napoléon Bonaparte : 1 198 voix.
- Le Général Cavaignac : 105 voix.
- Le Prince de Joinville : 21 voix.
- Lamartine : 8 voix.
- Ledru-Rollin : 6 voix.
- Le Général Changarnier : 4 voix.
- Victor Hugo : 2 voix.

 

Le gouverneur pousse à la colonisation des plaines, Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes, dans l'espoir de fixer une population de Blancs pauvres et d'affranchis, dont la situation est extrêmement critique. Il incite à la diversification agricole. Ce développement des cultures vivrières et fourragères va permettre, selon lui, de contrebalancer la culture de la canne et prévenir une crise alimentaire qui serait fatale à la colonie.

Le 1er juin 1852. Ouverture d'écoles, de nombreuses créations vont se succéder, modifiant profondément la carte scolaire de la colonie.

La fin du gouvernement Doret va être marquée par une grave épidémie de variole. En effet, les engagés arrivés à bord de “La Sophie” débarquent le 17 septembre 1851 en dissimulant la réalité de leur mal. Quand la manœuvre frauduleuse et criminelle est découverte, il est malheureusement trop tard : des Dionysiens sont déjà contaminés. L’épidémie s’étend alors rapidement sur toute l’île. Elle va durer près d’un an. On enregistrera 1 413 décès.

Louis Doret termine son mandat le 8 août 1852, date à laquelle arrive le nouveau gouverneur Henri Hubert Delisle.

Doret quitte l'île avec son épouse par le Chandernagor, le dimanche 5 septembre 1852.

A peine rentré de la colonie, un décret du 4 mars 1853 le fait sénateur, il est membres de plusieurs commissions sénatoriales.

Doret meurt à Paris le 1er février 1866 et sera inhumé à Brest.

 

 

 
 
   
  Voir les infos rajoutées sur cette page      Compléter les informations de cette page
   
  La dernière information ou le dernier commentaire de cette page : 
   
  Pas de commentaire ajouté


 
   Etienne Régnault
Jacques de la Heure Henry Hesse d'Orgeret
Germain de Fleurimont Bernardin de Quimper
Jean-Baptiste Drouillard Henry Habert de Vauboulon
Michel Firelin Directoire de Saint-Paul
Joseph Bastide Jacques de La Cour
Jean-Baptisite de Villers Michel François des Bordes de Charanville
Pierre Antoine Parat Henry de Justamond
Joseph de Beauvollier de Courchant Antoine Labbé dit Desforges Boucher
Hélie Dioré de Périgny Pierre Benoît Dumas
Mahé de La Bourdonnais Charles Lemery Dumont
Pierre André d'Héguerty Didier de Saint-Martin
Jean Baptiste Azéma Gérard Gaspard de Ballade
Joseph Brénier Bouvet de Lozier
François Jacques Bertin Martin Adrien Bellier
Guillaume Léonard de Bellecombe Jean Guillaume de Steinauer
François de Souillac Joseph Murinay Comte de Saint-Maurice
Alexandre François Chalvet Baron de Souville Claude Élie Dioré de Périgny
David Charpentier de Cossigny Dominique Prosper de Chermont
Jean Baptiste Vigoureux Comte Duplessis Pierre Alexandre Roubaud
Philippe Antoine Jacob de Cordemoy François Louis Magallon Comte de La Morlière
Nicolas Ernault de Rignac Baron des Bruslys Chrysostome Bruneteau de Sainte-Suzanne
Robert Townsend Farquhar Henry Sheehy Keating
Athanase Hyacinthe Bouvet de Lozier Hilaire Urbain de Lafitte du Courteil
Pierre Bernard Milius Louis Henri De Saulses de Freycinet
Achille Guy Marie de Cheffontaines Etienne Henry Duval d'Ailly
Jacques Philippe Cuvillier Anne Chrétien Louis de Hell
Charles Léon Joseph Bazoche Joseph Graëb
Sarda Garriga Marie Bon Ézéchiel Barolet de Puligny
Louis Isaac Pierre Hilaire Doret Hubert Delisle
Rodolphe Augustin Darricau Marie Jules Dupré
Louis Hyppolite de Lormel Pierre Aristide Faron
Pierre Etienne Cuinier Etienne Antoine Guillaume Richaud
Jean Baptiste Lougnon Aimé Louis Édouard Manès
Henri Éloi Danel Henri Charles Roberdeau
Laurent Marie Émile Beauchamp Paul Samary
Adrien Bonhoure Camille Lucien Xavier Guy
Philippe Émile Jullien François Pierre Rodier
Hubert Auguste Garbit Pierre Louis Alfred Duprat
Frédéric Estèbe Maurice Pierre Lapalud
Jules Vincent Victor Repiquet Alphonse Paul Albert Choteau
Léon Hippolyte Claudius Truitard Joseph Urbain Court
Pierre Émile Aubert André Capagorry